Qu’est-ce qu’un musée de collectivité ?

Avant d’aborder le thème des musées de collectivités, il convient de lever une ambiguïté. Beaucoup de gens pensent que musée de France et musée de collectivité désignent la même chose. Or il n’en est rien.

Quelques précisions :

Un musée de collectivité (ou musée territorial) est géré une collectivité territoriale c’est à dire par une commune, une communauté de commune, un département ou bien encore par une région.

Un musée de France est une structure agréée par l’état, ce qui leur permet à ceux qui ont ce label de recevoir des subventions et leur procure divers avantages. Musée de France est donc un appellation. Cel label peut être accordée à toutes sortes de musées, (associatifs, de fondation, de collectivité ou bien appartenant à l’état)

Par conséquent un musée de France peut être de collectivité ou pas. Et un musée de collectivité peut bénéficier de l’appellation musée de France. Sachez qu’il existe 1219 musée bénéficiant de l’agrément musée de France, parmi ceux ci 999 sont des musées de collectivité. Il existe environ 1200 musée de collectivité, ce qui signifie que 83% de ceux ci ont le label des musées de France.

La loi du 4 janvier 2002 :

La loi de 04/01/2002 a clarifié le rôle de l’état et de celui des collectivités dans le domaine des musées. Il est en effet légitime pour une commune de vouloir gérer ses collections de manière autonome, mais du point de vue de l’état il est nécessaire d’avoir le contrôle sur des œuvres ou des objets relevant du patrimoine du pays. C’est donc par le biais de cette appellation “musée de France” qui procure aux musées territoriaux des aides pécuniaires et techniques que l’état contrôle la majorité de ces structures locales.

Un peu d’histoire :

Les premiers musées territoriaux sont apparus aux 18ème et 19ème siècle, ils trouvent leurs origines dans les dons et legs que des bourgeois ou notables ont fait à la collectivité afin que le peuple puisse avoir accès à leurs collections. Dans le même temps des villes tentent de préserver leur patrimoine historique en en regroupant les vestiges dans un musée ouvert à tous. Une autre source d’approvisionnement de ces musées, et non des moindre provient des œuvres confisquées au nobles et au clergé pendant la révolution.

musée collectivités

Les plus intéressantes furent entreposées au Louvre, certaines autres furent disséminées en province de manière aléatoire. Le 31/08/1801 suite à une directive du premier consul Louis Napoléon Bonaparte, l’arrêté Chaptal voit le jour et instaure 15 musées en province, ceux ci seront administrés par les communes. Ils seront alimentés par les réserves de l’état (issue des œuvres ramenées par l’armée au cours des diverses campagnes militaires et de certaines œuvres confisquées pendant la révolution).

Les thèmes des collections des musées territoriaux sont divers et variés, certaines municipalités mettent ainsi en valeur l’histoire et le patrimoine de la ville à travers les musées archéologiques, d’histoire ou de civilisation. D’autres exposent des œuvres d’artistes ou photographes locaux, ou bien des tableaux et sculptures de maitres anciens ou contemporains. Certaines communes exposent des objets témoins du passé industriel ou artisanal de la région.

Description

    musées collectivités

    L'arrêté Chaptal, arrêté consulaire qui fait suite au rapport du ministre de l'Intérieur Jean-Antoine Chaptal, est présenté aux consuls de la République le 31 août 1801 et initie la création des musées de province de France.

    Les biens saisis à l'occasion de la Révolution française avec la nationalisation des biens de l'Eglise et confisqués suite à l'émigration des nobles ayant atteint un volume trop important pour être gardés à Paris, il est décidé de les répartir dans différentes villes : Lyon, Marseille, Bordeaux, Genève, Nantes, Lille, Bruxelles, Strasbourg, Nancy, Dijon et  Toulouse auxquelles s'ajoutent les musées de Caen, Rouen, Rennes et Mayence.